365 jours pour tout connaître du Québec

Bienvenue !

Archive pour août, 2007

Les Laurentides

Posté : 23 août, 2007 @ 12:15 dans Non classé | Pas de commentaires »

C’est guidées par Justine et benoît;welaurentides33b.jpg les québecois d’amour par excellence, que nous partons visiter la région de Laurentides, située à une heure à l’ouest de Montréal.

Ils nous font découvrir la station la plus connue de la région : le Mont Tremblant, à première vue très touristique puis si l’on trouve un coin tranquille on peut pique niquer welaurentides8b.jpgpartir se promener, on s’éloigne de la foule et des attractions à la manière d’euro disney de cette petite ville qu’est Tremblant, welaurentides16b.jpg. On peut bavarder avec les biches de passagewelaurentides21b.jpg, croiser quelques rivières welaurentides36b.jpg, le cadre rêvé pour faire des photos de touristes welaurentides40b.jpg…après un tel surmenage, rien de tel qu’une dégustation de « la tire », typiquement québecoise, cette recette se déguste logiquement en hiver, mais dans les coins fréquentés on en trouve tout le temps ! Il s’agit de sirop d’érable que l’on dépose sur la neige et que l’on récupère au moyen d’un baton (type esquimau), camille en a fait l’expérience et no comment welaurentides50b.jpg, je crois qu’elle a bien accroché !

Puis l’appétit vient en mangeant, c’est universel…nous nous sommes donc rendus chez benoit et justine, à Saint Jerome pour un repas « québecois » préparé avec amour. Comme dans tout foyer québecois, la soirée se déroule dans la cuisine uniquement. Nous voilà donc attablés pour un copieux repas.

Au menu : gelée de canneberges, bière d’épinette, tourtière, poulet, petits légumes, fromages (cheddar vieilli 3 ans…), tarte au sucre. Tout cela à délecter dans une ambiance conviviale avec les parents de justine, une soirée locale bien arrosée

welaurentides52b.jpg

 Arrive la phase de digestion, que nous passerons chez Marie Thérèse et gérard, les propriétaires d’un gîte au coeur de Saint Jérôme…ils nous racontent tout de leurs connaissances sur la france et les français…nous conte les traditions québecoises, une belle rencontre

 

welaurentides55b.jpg

 

Le trio infernal parti en Road Trip

Posté : 22 août, 2007 @ 12:22 dans Non classé | 5 commentaires »

Après consultation à répétition des guides, des brochures touristiques, des sites internet, des coups de fil, avoir tergiversé sur le couchage..la semaine de vacances commence à prendre forme, ça y est nous sommes décidées, ce sera :

le road trip en pouce à la conquête du québec

lescantonsdelest7b.jpg

Objectifs : rencontrer du monde, voir du pays, s’immerger dans la culture québecoise et la tête pleine de souvenirs

Moyens : auto stop, gîtes et auberges

Préparation : 1 sac de rando chacune contenant : 1 appareil photo numérique chargé à bloc, un carnet de voyage, lonely planet québec, un jeu de cartes, une trousse à pharmacie, et le reste….3 moumounes, 4 paires de chaussettes, 1 pantalon, 3 camisoles, 1 pull, 1 mini trousse de toilette, 1 pyjama, 1 kiwi (kway!), etc…je vous fait grâce des effets personnels !

Premier jour

Membres de l’oganisme Allo Stop qui met en relation conducteur et passager, nous profitons des services dès le premier jour pour nous rendre à Sherbrooke. Nous nous rendons au point de rdv, fixé à 14h au métro Beaubien. la conductrice est une québecoise de notre age, elle nous raconte ses mésaventures de covoiturage durant le trajet, nous savourons l’accent, les expressions, les paysages. Après une heure d’autoroute, nous découvrons les paysages campagnards qu’offrent les cantons de l’est, des champs à perte de vue, des petites fermes, des routes caillassées…

par chance, notre conductrice travaille là où nous devons nous rendre pour la nuit : le centre d’art contemporain d’Orford.

Arrivées à bon port, nous partons à la recherche de cette fameuse « tente en bois » dont nous a parlé le responsable, qui n’est en réalité autre qu’un chalet !lescantonsdelest8b.jpg, nous prenons connaissance des lieux. le coin paisible par excellence, au bord d’un étang, lescantonsdelest23b.jpgseules au monde, puis nous partons à la conquête du parc orford à quelques mètres du chalet, un lac, une forêt…les images préconçues que tout français a du québec…lescantonsdelest13b.jpgc’est bel et bien vrai !nous passons la première soirée à délecter un festin de pates au cheddar…ah oui le road trip implique quelques économies (rassurez-vous nous saurons rebondir !).

Deuxième jour 

Après une nuit en silence, sans maringouins ni autres éspèces animales bruyantes, nous nous réveillons prêtes à bondir sur la première voiture qui voudrait bien nous emmener au parc Stukeley, pour une journée kayak ou vélo…

Pouces en avant, sacs en arrière, et tic et tac et tic et tac nous attendons patiemment le gros char québecois. Après quelques minutes, un jeune québecois nous propose de monter « moi je vais au mont orford, et vous ? » « euh nous aussi, pareil! »…voilà comment, après une incompréhension due à un accent québecois relevé, se retrouver en bas d’une montagne de 2400 pieds, sans l’avoir prévu. Donc improvisation totale, on retourne notre veste, et décidons de gravir le sommet de ce Mont, en empruntant le chemin « express », la voie la plus directe pour atteindre le sommet. Après une bonne heure de montée sur la caillasse, sous un soleil de plomb, et avec des gourdes à moitié vide (dans ces moments là on ne dit pas pleines!), un entraînement 0, nous arrivons en haut et pouvons admirer la vue sur la région des cantons de l’est et du vermontlescantonsdelest29b.jpg…le trio infernal est épuisé avouons le mais assez fier de cet exploit matinal !

Nous attaquons la descente pour se rendre à notre prochaine destination : Magog, à quelques dizaines de kilomètres de là. Pouces et piasses ($) en mains, nous voilà rendues dans cette petite ville touristique, où la plage et les boutiques sont les seules occupations. Nous optons pour une baignade express dans les 20M2 de lac amménagé à cet effet, puis nous troquons les boutiques contre un bistrot type « pmu », où défilent des purs laines quinquagenaires sortis tout droit d’un film d’horreur ou d’un western, on a tapé dans le local, du lourd, du très lourd !

Arrive alors notre sauveur, l’incroyable, l’épatant, l’inattendu Jacqueslescantonsdelest75b.jpg. Jacques Bogenez sera notre guide, notre coach, notre tonton pour les 48h à venir. Il nous fait découvrir les coins reculés des cantons de l’est, les villages, les fermes, les champs à perte de vue, les mairies qu’il gère…Nous finissons le road trip a North hatleylescantonsdelest45b.jpgpour un repas succulent au bord du lac…

Enfin, notre chauffeur nous conduit dans notre résidence temporaire où nous passerons la nuit : une humble demeure d’architecte situé à Sherbrooke, comptant quelques salons, quelques chambres, c’est gigantesque. Les yeux grands ouverts, nous essayons de réaliser ce qui nous arrive : une improvisation débordante de chance !

Troisième jour

Après un petit déjeuner copieux, façon brunch chez eggxquis, bacon, patate, fèves au lard, roties, fruits et café régulier…nous sommes blindées pour attaquer une nouvelle journée encore plus surprenante que la précédente. Jacques nous emmène dans les coins inédits des cantons, balade sur un pont suspendu lescantonsdelest65b.jpg, bain de pied dans la rivière, baignade dans un lac sur une plage privée lescantonsdelest85b.jpg, tout ce qui nous arrive est inattendu, dément, excellent !

Puis vient le moment appréhendé du départ, nous faisons nos aurevoirs à jacques, esperant le revoir…Direction québec city avec Mlle Allo stop..

Nous arrivons en fin de soirée à l’université de Laval, où nous avons réservé une chambre pour la nuit. Décors sommaires, éclairage aux néons, couloirs vides, une chaleur avoisinant les 40°c….bienvenu dans une fac en plein été !saguenayqubec1b.jpg.

Quatrième jour

saguenayqubec6b.jpgRDV petrocanada pour Mr allo stop direction Rimouski, au nord de Québec. Nous passons dans le parc des laurentides, succession de lacs, de montagnes, de forêts, un paysage comme on en avait jamais vu jusque là. Le conducteur, un québecois quelque peu chauvin nous questionne « vous connaissez pas ça en france les lacs et les montagnes! » « les français sont des chieurs » « la vie en france est trop chère »…un fond gentil mais un peu chatouilleur !

Arrivés à Rimouski, nous visitons le port, puis allons deguster la tourtière à la bière sur une terrasse de la ville. En fond sonore, les musiques du monde et une averse par ci par là pour nous faire paniquer quand à notre prochaine étape : l’auto stop à venir…

Brumisateur à portée de main, sacs sur le dos, les pouces en l’air, c’est reparti…une vieille dame québecoise nous rapproche du lieu « le plus propice pour vous faire prendre en stop » : une station essence…sur le coup pas très sures, nous la bénirons ensuite de nous avoir parker près d’un abri, saguenayqubec10b.jpg ce qui nous évitera d’éponger les averses régulières pendant les deux heures de stop ! Après s’être copiné du jeune de la station, nous décidons de mettre en place LA stratégie sans faille de tout autostoppeur averti : le carton avec la destination, « sainte rose du nord » … Et là ni une ni deux, un van orange de compétition s’arrête, les portes s’ouvrent, une dizaine de français dedans nous proposent de s’entasser avec eux, saguenayqubec13b.jpg, la banane au visage, nous acceptons sans réfléchir, soulagées de ne pas passer la nuit dans la station essence ! Arrivés à bon port, nous prolongeons les discussions de français » dans le café de sainte rose, petit village en cul de sac au fond d’une vallée. Puis arrive la panne d’électricité dans tout le village, nous voilà donc contraints de boire nos pintes à la chandelle, et écouter les naiseries de la serveuse surnommée « la girafe » pendant quelques heures. Le fin fond de la région du Saguenay, comme on en rêvait ! Après ces heures de causette, nous partons à l’assaut d’un resto, évidemment la panne d’électricité implique un diner sandwichs clubs ! Puis nous nous rendons à l’auberge « le jardin du potager », saguenayqubec35.jpgque nous avons réservé. les propriétaires ne sont pas là. On s’installe et les poules se couchent à 8h30…que faire d’autre sans électricité ??

Cinquième jour 

Le lendemain matin le soleil est revenu. Nous pouvons alors admirer la vue du gîte sur le lac et les vallées environnantes.saguenayqubec32b.jpg les propriétaires nous servent un petit déjeuner à la quebecoise de luxe, avec confitures faites maison, fruits frais, gauffres…de quoi déboutonner le jean en sortant de là !

Nous profitons de ce surplein d’énergie pour se balader dans les alentours et admirer les paysages…

 Après une après midi de balades sur les bélvédères de sainte rose, nous repartons en route pour de nouvelles aventures vers Tadoussac, à la rencontre des baleines !

Parties sur la route principale, nous ressortons les pouces, la route est longue, le soleil tape, et les quelques chars conduits par les québecois ne daignent pas s’arr^ter…on commence à se demander si on a pas manqué une étape ce matin au réveil : la coiffure, l’habillage ??on doit avoir des visages qui n’inspirent pas confiance.

Puis, après une heure de marche, nous commençons à désespérer et à nous rapprocher de l’arrêt de bus…c’est dans ce moment de désespoir qu’une voiture classe A s’arrête sur le bord de la route, à l’avant un couple de jeunes cadres dynamiques parisiens. Nous partageons alors 2 bonnes heures de route, discutant de nos conceptions opposées du voyage ; pour roméo et juliette (dixit julie !) leur semaine de vacances a été organisée de a à z par une agence de voyage, guidée par un fascicule leur indiquant les hotels et routes à prendre, ils n’ont qu’à lire les instructions. Grâce à cette formule, ils ont vu des castors, se sont plongés dans la vie des ours, ont fait partie d’un groupe de touristes en kayak,…A notre tour, on leur explique tout sourire, que rien n’est organisé, toutes nos journées sont improvisées, guidées uniquement par le pouce et la météo. Un échange bien marrant, entre deux modes de voyage totalement opposés.

C’est à l’arrivée à Tadoussac saguenayqubec37b.jpgque nous comprenons le déséquilibre : nos chemins se séprant sur un parking, eux prennent la route menant au grand Hotel 5 etoiles, quand à nous, sacs sur le dos, nous nous dirigeons vers l’auberge de jeunesse !

A jouer improvisé, on prend le risque de ne pas trouver de couchage…arrivées à l’auberge, on nous annonce qu’il n’y a plus de place. Cet endroit nous plaisait pourtant bien, une cour intérieure, un bar, des grandes salles communes, beaucoup de jeunes et de l’ambiance…on se rabat alors sur « la maison d’alexis », une auberge tenue par les mêmes prioprios que ceux de l’auberge. Situé sur les hauteurs de la ville, à côté du quartier huppé, où seuls les golfeurs et tennisman viennent. On entre alors dans cette grande maison tout en bois, on y croise beaucoup de monde, Constance, la propriétaire à la manière d’une tata nous fait visiter les lieux en toute simplicité, ça nous convient parfaitement. On s’y sent à l’aise.

Sur ses conseils nous descendons vers le centre ville pour une balade au bord du lac saguenayqubec111b.jpg.Tadoussac, en temps normal, est très touristique et réputée pour le passage des baleines. Ce coup ci nous avons de la chance, les vacances de la construction sont quasiment finies (du 15 au 30 juillet).on découvre la ville, les nombreux restos, les boutiques de souvenirs, les terrasses de café, la plage bordant le lac, les rochers d’où observer les baleines et autres éspèces marines, les musées…

On sé décide à jouer le jeu des touristes venues pour l’observation des baleines, on part à l’assaut du meilleur organisateur de croisière, après avoir comparer les prix des canots, kayak ou bateau de croisière, nous en arrivons à la conclusion que ce voyage se veut plus local, original et économique.

Motivées et culotées, on décide donc de prendre le taureau par les cornes et se rendre sur le port et d’acoster les marins pour leur demander en tout franchise de nous emmener sur leurs voiliers.saguenayqubec59b.jpg

Tournant, chavirant, nous abordons 2 marins « euh bonjour, voilà on est française, et on aimerait voir les baleines autrement qu’avec une foule de touristes, en toute franchise vous voudriez pas nous emmener ? », stupéfiés, étonnés, bouches bées les deux hommes semblent tombées des nues, et ne savent que répondre «ben euh, c’est à dire que…oui c’est la première fois qu’on nous demande ça… », ne voulant pas les mettre mal à l’aise nous partons la tête haute «on comprend aucun problème», et remettons une dernière couche en partant «c’était juste du culot». A la surprise du trio infernal, les marins reviennent « ok c’est bon on vous emmène ».

saguenayqubec46b.jpg         saguenayqubec45b.jpg

A peine croyable, nous nous assurons qu’il ne s’agit pas d’une joke, mais non la confirmation arrive dans la foulée. Ils sont prêts, on part tout de suite, il est 16H…

C’est ainsi que nous voilà parties pour 2 heures de navigation sur un voilier, à la découverte des baleines. Une expérience inédite, incroyable, réjouissante et c’est encore trop faible pour exprimer la joie qui nous a envahit toutes les trois durant ces heures de contemplation intense de la mer, des baleines, écoutant les explications de patrice et olivier… La banane comme nous ne l’avons jamais eu…

 saguenayqubec78b.jpgjuju………saguenayqubec84b.jpgclodette………saguenayqubec91b.jpget bouboule… !

le bonheur, l’euphorie, absolument dément !!!la cerise sur le gateau avec le coucher de soleil!

saguenayqubec106b.jpgRevenues au port, nous avons du mal à remettre les pieds sur terre, dans tous les sens du terme car aucune de nous n’a le pied marin ! et on a beau essayer, nos marins ne veulent nous confier le jeté de l’encre !…

On se précipite alors à l’auberge de jeunesse pour passer la soirée avec 3 gars français rencontrés quelques heures auparavant, on leur fait un récit inoui de notre aventure, ils n’en reviennent pas, on en rajoute, on boit à la santé du québec, une belle soirée !

Sixième jour

Le lendemain, nous filons sur les rochers saguenayqubec117b.jpgfaire notre aurevoir aux baleines. On assiste à un beau spectacle, un défilé s’offre à nous. Les baleines sortent leurs tonnes de l’eau.saguenayqubec113b.jpg

Puis nous partons à la recherche des français et des marins…mais en vain…nous décidons donc de plier bagages,direction  la Baie Saint Paul, pour une nouvelle découverte.

EN stop puis en bus, nous rejoignons cette ville d’art, très touristique et huppée, un mélange de deauville et st trop’…nous perdons nos repères ! La ville vit de ses restos, de ses galeries d’art, de ses commerces hors de prix.

On apprécie ceci dit les vieilles demeures, regroupées dans la rue saint jean baptiste, principalement bâties de bois, colorées, avec de petits jardins fleuries, plutot coquet !.saguenayqubec133b.jpg

Il est temps de se soucier de l’hébèrgement, où allons nous passer la nuit ? Après quelques coups de fil sans résultat, nous optons pour le gîte du marin tenu par marie thérèse, acceptant ses conditions « dans la salon et pas de petits dejs ». Emballées par la simple perspective d’avoir un matelas pour dormir, nous filons droit au gîte. C’est avec surprise, effroi et hallucination, que nous découvrons les couchages : un futon qui est en réalité un amas de coussin, duvet et cartons, le tout tenu par deux chaises d’enfant, dans un décor de salon kitch. saguenayqubec123b.jpgLe décor est planté, reste à vous parler du phénomène qu’est la propriétaire des lieux. Une vieille québecoise de 70 ans, vivant plus ou moins avec son beau frère depuis le décès de son mari. Elle nous fait part de sa flemingite aigue en nous expliquant qu’elle a juste eu la fleme de faire les lits dans la chambre restante…ce pourquoi que nous ayons couché dans son salon ! Au réveil, la papi nous emmène le café dans la chambre, on se croierait dans un bateau, « on dirait qu’on était des pestiférés » et eux les bourreaux !

Du jamais vu, surtout ici au québec, où jusque là l’accueil et la gentillesse des québecois nous ont toujours épatés, c’est l’exception qui confime la règle dirons nous…

Septième jour 

Nous partons nous balader sur les bords du lac, un paysage de rêve, verdure, eau, sable, sous un soleil radieux, du bonheur rien que du bonheur.saguenayqubecb.jpg

C’est après cette escale périlleuse mais inoubliable que nous partons vers québec.saguenayqubec118b.jpg

Le bus nous dépose place d’Youville. Ca y est le voyage tire à sa fin, il nous reste cette belle journée pour profiter des fêtes de la Nouvelle France à québec city. saguenayqubec159b.jpgA cette occasion, la ville se transforme en un défilé géant de costumes traditionnels, de conquistadors géants, d’animateurs de rue. La ville est bondée, nous nous promenons sur la balade des gouverneurs, dans les rues du Petit Champlain, le quartier ancien de québec, et finissons par jouer le jeu !saguenayqubec168b.jpg après une semaine de vie commune ça défoule !!!

La journée s’achève, le retour sur Montréal est calme, nous réalisons tout ce que nous avons vécu en une semaine…

Fin d’un beau périple, des souvenirs plein la tête et des rencontres inoubliables

      HAPPY END

3 nanas au Québec

Posté : 21 août, 2007 @ 9:41 dans Non classé | Pas de commentaires »

Julie arrive à son tour, p6220049b.jpg pour un mois de vacances !!!! second YYYiiiiihhhhaaa du mois !

Et là commence les fous rires, les balades, les compromis, les photos « nanas »,

p6240032b.jpg p6230078b.jpg p6230079b.jpg p6220075b.jpg

les francos, le palais de congrès, le mont royal…. 

 le trio infernal frappe montréal !

Camille débarque

Posté : 21 août, 2007 @ 9:24 dans Non classé | 2 commentaires »

Le 18 juillet,

Aeroport Montréal Trudeau,

« les passagers du vol air transat en provenance de Marseille sont arrivés »

L’envie de crier de joie dans l’aéroport, Camille arrive pour 3 semaines de vacances…yyyyiiiiihaaaaaaaaaaaa

Premier jour pluvieux, nous nous rabattons donc sur la nourriture p6180009b.jpg p6170007b.jpg;..camille découvre alors la maudite nourriture et la place qu’elle occupe. La foire alimentaire en est le meilleur exemple. Il s’agit d’un étage entier d’une galerie commerçante dedié à la bouffe, des stands chinois, français, indiens, mexicains, américains…encerclent l’espace, alors qu’au centre trônent des centaines de tables, où les québecois se retrouvent pour dîner à midi ! Une cantine géante qui tourne 24h/24..

Le soleil revient après quelques heures, nous partons alors à la découverte de Montréal,

p6190038b.jpgle vieux port….p6190037b.jpg…la vieille grimace p6190043b.jpg…la plus belle

Puis nous nous rendons dans le quartier chinois p6190062b.jpg…à bord de nos limousines privées p6190060b.jpg, b.jpgbien sûr !!

Nous profitons des festivals du rire et d’afrique pour danser, rigoler et profiter de l’activité nocturne..

Puis visite chez les cousins,p6200124b.jpg avec balade au Mont Saint Bruno, piscine et pastis au programme,

s’en suit une après midi farniente au bord d’un lac artificiel avec 3 couples de québecois p6200114b.jpg. Conduits par justine et Benoit, nous savourons les paysages, oscillants entre lacs et champs…et arrivons à l’entrée du parc, payant bien sûr !et à notre grande surprise, nous nous retrouvons au bord d’un lac artificiel, semblable à un étang, avec combats de boue !La température de l’eau avoisine les 35°C..beaucoup de gamins s’y baignent…ceci explique cela..emoticone

p6220040b.jpgle soleil n’ayant pas fait effet…nous décidons de faire un atelier « couleur »…dans la famille David, je demande « les soeurs sottes ! »

Juillet, le temps des festivals

Posté : 21 août, 2007 @ 8:28 dans Non classé, Photos | 1 commentaire »

Juillet à Montréal.imgp3520b.jpg

Les terrasses sont bondées, les gens savourent la chaleur qui a mis du temps à arriver, sourire aux lèvres, tous profitent de cet été tant attendu, comme libérés, soulagés après un hiver tardif (pour rappel la dernière chute de neige s’est abattue fin avril !). La changement climatique est mondial ! un été normal ici ressemble plus à un 35°C humide et ensoleillé bondé de maringouins, à la place nous atteignons avec peine les 25°C et chaque jour s’abbat sur la ville un violent orage, des changements de température radicaux et à notre grand plaisir aucun maringouin à l’horizon (à se demander pourquoi toutes les maisons sont équipés de moustiquaires, devant derrière, en haut en bas, partout!!!)

Cependant, une chose reste inchangée dans cette ville de 3 millions d’habitants….

les « festivaux » (à la québecoise !)

Incroyable, ils s’enchainent, lorsqu’ils ne se chevauchent pas, pas un jour sans qu’il y ait un évènement, nous voilà donc plongés au coeur de l’été québecois ! La saison a commencé avec le festival international de jazz

Alors le festival de Jazz c’est des milliers de personnes qui se regroupent dans le centre ville de Montréal, imgp3470b.jpgpartagés entre  la place des arts, le complexe desjardins, les rues maisonneuve et jeanne Mance, pour écouter plus de 500 concerts pendant une semaineimgp3517b.jpg

C’est des dizaines de scène portant chacune le nom d’un partenaire financier. Chacune est associé à un genre : groove, performance, jazz d’ici, concerts intimes, voix du monde, les tropiques,…tout y est pour trouver concert à son gout.

Des cahutes de hotdogs et de bière Bleue à tous les coins de rue, des stands promotionnels, des artistes de rue jonglant, chantant, dansant, jouant, des applaudissements à tout va, du concentré de bonne humeur sur fond musical

imgp3525b.jpg

Je profite à moitié de ce festival, puisque j’y ai trouvé un petit boulot, « chargée d’accueil » pour le SIMM, salon des instruments de musique de Montréal. Je paufine ainsi mon accent anglais, qui fait « se cramper » les québecois ! Embauchée par l’équipe Spectra, l’organisateur n°1 des évènements au québec, je commence à comprendre le fonctionnement des entreprises québecoises : en trois mots : simplicité, franchise et égalité. Ma « chef » a 25 ans, me tutoies et m’invite à boire des coups, elle-même tutoie LE directeur, tout le monde se connaît, se parle franchement et se respecte.

Pour f^ter la fin du festival, le directeur invite les quelques centaines d’employés à une soirée « pirate » dans une des salles de concert de Montréal « Le Spectrum » soireepiratespectrumb1.jpg, soireepiratespectrumb.jpg..voilà une bonne manière de passer une soirée entourée de purs laines, évidemment bien que nous parlions la même langue, les liens à tisser sont tout aussi délicats qu’avec des indiens…je me concentre alors sur ce qu’ils disent, sur les expressions qu’ils emploient, sur les accents gaspésiens et abitibiens pas toujours évidents…une soirée de « fun », où je me sens immergée dans cette culture québecoise, bien différente de la nôtre. Mes amis de soirée sont tout autant curieux que moi, « en france, comment ça se passe ? t’as une gang ? un chum ?les chars se parkent comme chez nous ?… »

Puis on enchaîne avec imgp3557b.jpgle festival juste pour rireimgp3551b.jpg

imgp3560b.jpgimgp3565b.jpg…Bien plus petit que le Jazz, le Rire attire petits et grands : des stands de jeux sur la rue Maisonneuve, où l’on peut s’essayer au billard, aux flèchettes, au quizz culture, aux jeux de cartes….p6190066b.jpg, on peut aussi opter pour l’option « flaner » rue saint denis en appréciant les animations de rue, les chanteurs, les musiciens, les écrans géants qui diffusent en boucle le « juste pour rire » équivalent à video gag…p6190088b.jpgon peut même gagner des places au détour d’une rue en répondant à LA question de Mr Cocu »depuis quand le festival existe….25 ans ! ».  beaucoup de comiques français viennent se produire ici : Gad elmaleh, Jamel debouze, Pierre Palmade, Pierre Richard, et puis les locaux tel Stéphane Rousseau, jean francois mercier. Les québecois sont friands de l’humour « à la française », très bon public, ils se crampent devant « video gag » et font des standing ovation à chaque spectacle ! Finalement un français qui va voir un spectacle  ne rira pas du show mais du public québecois enjoué ! A faire !

Dans la lancée, les Nuits d’afrique p6190091b.jpg

 p6190110b.jpgoù nous dansons avec camille le « coupé décalé » comme des pros !

Les francofolies ensuite…

tout ça mélangé aux concours de feux d’artifice tous les mercredis et samedi, les festivals de rue, les animations en tout genre,

etc etc

 

 

SEJOUR AU BURKINA FASO |
UNE PASSION L' EGYPTE |
Benjamin Sylvander |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Travelogue
| Les CM1-CM2 de Soussac
| Un nouveau départ